L’atmosphère opaque et laiteuse rappelait vaguement un polaroid en développement.

Sur les porcelaines blanches et tachées des cafés cuillérés, résonnait l’argenterie égouttée.

Un homme entre dans la salle bondée : un café s’il vous plait!

Le barman, lustrant le zinc noirci et poli, le lui sert sous une fine lumière jaune et tamisée.

Sous un plafond moulé de fumées envolées, les parfums de tabacs envahissaient les narines embrumées des effluves stagnantes.

Les assiettes, remplies, se vidaient rapidement, tendre écho des cloches parisiennes de midi.

Au fond de la salle floue, une silhouette brune se révélait, elle nouait ses cheveux, en natte, dégageant ses yeux noirs, sur peau blanche.

En portant son verre de Bourgogne à ses lèvres, après l’avoir déposé, elle contemplait le vide affamé de la salle vacillante.

Son ballon tout juste rempli, reposait sur une table presque propre, anecdote éphémère d’une fillette délicatement vidée de sa pourpre ivresse.

Le regard profondément évasif, elle se dégageait des contours, pour devenir le sujet impromptu d’un ensemble agité et convenu et, perdue au cœur d’un tournis continu d’allées et venues, fumant son clope, discrètement, elle esquissa enfin, l’once d’un sourire.

Aurelien_Mauplot_-_Menu_2.html
index.html